tri facile déchets électroniques

6 façons de gérer et de recycler les déchets électroniques en toute sécurité

En plus de 50 ans, nous sommes passés des disquettes de 1,44 mégaoctet aux clés USB de 532 gigaoctets plus petites que votre pouce. Les ordinateurs qui ont permis aux d’aller sur la lune en 1969 sont aujourd’hui banalisés par la technologie que nous avons dans nos poches – un iPhone moderne a une puissance de traitement 100 000 fois supérieure à celle du système embarqué d’Apollo 11.

Pourtant, l’impression à partir du cloud et la possibilité de passer un appel Zoom depuis pratiquement n’importe quel endroit de la planète ne sont pas apparues du jour au lendemain. En matière d’innovation technologique, il existe d’innombrables itérations qui nous permettent de passer du point A au point B. Et l’entreprise moderne tire parti de pratiquement toutes ces itérations.

Alors que nous passons allègrement à des connexions plus rapides, à des appareils plus petits et à l’électronique du futur, de nombreuses itérations du dernier demi-siècle sont toujours là, sous terre, à l’étranger et dans l’atmosphère.

C’est ce qu’on appelle les déchets électroniques, et notre appétit pour les nouvelles technologies en fait le flux de déchets qui croît le plus rapidement (dépassant même le plastique) aujourd’hui.

L’IMPORTANCE D’UNE ÉLIMINATION CORRECTE DES DÉCHETS ÉLECTRONIQUES

De l’industrie manufacturière au commerce de détail, en passant par les immeubles de bureaux, les entreprises et les organisations sont contraintes de suivre le rythme des technologies les plus récentes et les plus performantes pour rationaliser et automatiser les processus, protéger les données financières, stocker les informations, communiquer les unes avec les autres et même garder les repas au frais. L’achat, l’utilisation et l’élimination des technologies se font à un rythme effréné.

Pour de nombreuses entreprises, cependant, ce cycle de consommation vicieux est un signe de « progrès » – un cycle où l’élimination n’est qu’une pensée après coup. Malheureusement, l’indifférence signifie qu’il est le plus souvent éliminé de manière incorrecte.

En 2019, l’accumulation annuelle de déchets électroniques dans le monde a atteint le chiffre impressionnant de 59 millions de tonnes. Et sur cette quantité, seuls 17,4 % ont été collectés et recyclés. En outre, sur une période de cinq ans précédant 2019, la production totale de déchets électroniques a augmenté de 21 %, ce qui a conduit les chercheurs à suggérer que la quantité de déchets électroniques pourrait doubler au cours des 16 prochaines années.

Selon un rapport de l’ONU, les États-Unis produisent le deuxième plus grand nombre de déchets électroniques au monde (derrière la Chine), soit 7,6 millions de tonnes en 2019. [À noter que le rapport le plus récent de l’EPA chiffre ce chiffre à 2,7 millions de tonnes, mais souligne qu’il ne dispose pas de données complètes sur certains appareils électroniques grand public qui ont été brûlés pour la récupération d’énergie ou envoyés dans des décharges].

S’il est difficile de calculer le chiffre réel, une chose est sûre : les déchets électroniques vont augmenter dans les années à venir. Malheureusement, de nombreux appareils sont jetés à la fin de leur durée de vie utile (la durée de vie utile moyenne varie selon les appareils, mais le téléphone moyen est remplacé tous les 18 mois) ou en faveur de la dernière mise à niveau ou du dernier modèle.

Le roulement est le statu quo. Pourtant, la question que beaucoup d’entreprises et de consommateurs ne prennent pas en compte est que si seulement 17,4 % de tous les appareils électroniques sont recyclés chaque année, où vont les 84,6 % restants ?

La réponse est la même que pour les autres déchets urbains indésirables. Une quantité considérable de déchets électroniques est mise en décharge, envoyée dans des parcs à ferraille ou payée pour être entreposée. Dans les pays riches, les appareils électroniques indésirables sont exportés vers les pays plus pauvres, où le manque d’infrastructures pour les traiter entraîne souvent une mise en décharge ou un brûlage illégal des déchets.

D’une certaine manière, cette pratique est une opération « du trésor à la poubelle », car les consommateurs ne voient pas la valeur réelle de leurs appareils électroniques autrefois appréciés. De nombreux appareils mis au rebut contiennent des matières premières précieuses, notamment de l’or, du cuivre, du palladium et d’autres métaux qui pourraient être utilisés dans d’autres appareils. Par exemple, on estime que 21 milliards d’euros (ou plus) d’or et d’argent récupérables se trouvent actuellement dans des décharges à travers le monde, coincés dans des appareils électroniques.

Et, dans la catégorie des produits précieux plus récents, une pénurie de puces à semi-conducteurs nuit à la fabrication, tandis que les experts prévoient que la production de voitures électriques s’arrêtera si le recyclage des batteries lithium-ion ne s’améliore pas.

En plus d’abriter des matériaux précieux, les appareils électroniques ont aussi un côté sombre et contiennent divers types de produits chimiques dangereux, notamment : du plomb, du cadmium, du béryllium, du mercure et des retardateurs de flamme bromés.

Dans les installations de recyclage, les articles contenant des batteries intégrées peuvent déclencher des incendies. Et lorsqu’elles sont mises en décharge, ces matières dangereuses finissent par s’infiltrer dans l’environnement, polluant l’air, le sol et l’eau, et affectant les moyens de subsistance des personnes vivant près des décharges dans le monde entier. Le Blacksmith Institute, une organisation à but non lucratif qui s’attache à résoudre les problèmes de pollution mondiale, estime que les déchets électroniques menacent la santé de 100 millions de personnes ou plus dans le monde.

L’importance du recyclage des déchets électroniques est sous-jacente à tout cela. Le recyclage des appareils électroniques permet d’éliminer les substances étrangères et de conserver les matières premières indigènes. Le recyclage permet de réduire la quantité de matières premières à extraire de la nature pour créer de nouveaux appareils, ce qui réduit efficacement les coûts énergétiques et contribue à des processus plus durables qui soutiennent l’économie circulaire.

Alors, comment votre entreprise peut-elle s’impliquer ? Vous trouverez ci-dessous quelques moyens simples permettant aux entreprises de commencer à réduire immédiatement leurs déchets électroniques.

RESSOURCES DE RECYCLAGE ÉLECTRONIQUE POUR LES ENTREPRISES

 

1. EXPLOITER LE « NUAGE » (CLOUD)

tri facile tri cloud

L’utilisation du cloud implique le stockage et la gestion de données sur un réseau de serveurs maintenu sur Internet par un tiers. L’informatique en cloud peut aider les entreprises à réduire de manière proactive les déchets électroniques en diminuant la demande de disques durs, de sorte que les appareils durent plus longtemps, ce qui réduit la nécessité d’acheter, de réparer ou de remplacer le matériel aussi souvent.

En outre, l’informatique en cloud fait que tout est hébergé sur les serveurs de votre fournisseur, ce qui signifie que les entreprises peuvent se passer des coûts et de la maintenance de leur propre centre de données. Selon eukhost, le cloud computing permet aux entreprises de réaliser des économies car, outre la réduction des frais de maintenance, « vous n’aurez pas à payer pour l’espace, l’électricité, la sécurité physique, l’assurance et la climatisation. »

Pour les entreprises qui hésitent à utiliser le cloud, sachez qu’il y a de fortes chances que vous utilisiez déjà des services de cloud tels que Google Drive, Gmail ou Amazon Web Services, sans même le savoir.

2. FAITES APPEL À UNE ENTREPRISE TIERCE DE RECYCLAGE DE PRODUITS ÉLECTRONIQUES

Heureusement, si votre entreprise génère de grandes quantités de déchets électroniques, un transporteur tiers peut probablement recycler les appareils électroniques pour vous. Des sociétés comme tri-facile.fr aident les entreprises à traiter leurs déchets électroniques de la manière la plus écologique et la plus rentable possible, en recherchant et en livrant à des installations accréditées et leaders du secteur dans tout le pays.

3. ALIGNEZ LE RECYCLAGE DES DÉCHETS ÉLECTRONIQUES SUR LA CULTURE DE VOTRE ENTREPRISE

Qu’il s’agisse du temps nécessaire pour trouver une solution pour les vieux appareils électroniques ou du manque de compréhension quant à leur valeur, leur réutilisation ou leur recyclage, l’enthousiasme pour la sortie des déchets électroniques peut être faible. Cependant, en suscitant l’enthousiasme et en créant des ressources éducatives autour du recyclage des déchets électroniques, les entreprises seront peut-être surprises d’apprendre que cela contribue à promouvoir l’adhésion des employés et à maximiser la participation au recyclage.

Engagez vos employés avec certains des faits surprenants ci-dessus, jouez la collecte en téléchargeant une application qui montre l’impact environnemental que vous faites en un an, ou même réévaluez votre consommation en vérifiant quelles machines et quels appareils ont vraiment besoin d’être remplacés et lesquels peuvent être restaurés ou optimisés.

4. DÉTRUISEZ LES APPAREILS DE DONNÉES

De nombreux responsables évitent le recyclage des déchets électroniques car ils craignent que le recyclage des appareils électroniques n’expose des données sensibles. Heureusement, il existe des moyens de protéger vos informations avant d’éliminer les déchets électroniques en toute sécurité, notamment en faisant appel à une entreprise ou à un consultant ayant cette expertise pour détruire les données de vos appareils avant de les recycler.

5. ÉCHANGEZ POUR UNE MISE À NIVEAU

Comme nous l’avons mentionné précédemment, les mises à niveau sont essentielles pour que votre entreprise garde une longueur d’avance. Mais une politique de reprise obligatoire pourrait s’avérer inestimable. Exigez de votre équipe qu’elle vous remette ses anciens appareils vides et sans données la prochaine fois que vous distribuerez de nouveaux gadgets.

La bonne nouvelle, c’est qu’il est peu probable que vous rencontriez de la résistance : selon une enquête menée auprès de 10 000 personnes dans le monde, 45 % des personnes interrogées pensent que les fabricants devraient s’occuper du recyclage des appareils électroniques. La même étude a également révélé que les consommateurs sont particulièrement intéressés par les programmes de reprise, les trois quarts d’entre eux espérant participer à un tel programme d’ici 2022.

Compte tenu de la rareté des matériaux et des attentes accrues en matière de durabilité, il y a de fortes chances que le fabricant des appareils électroniques de votre entreprise propose également un programme de recyclage des déchets électroniques sous la forme d’une remise, d’un rachat ou d’une collecte à coût zéro.

6. FAITES UN DON À UNE ASSOCIATION CARITATIVE

Pour les appareils légèrement usagés mais dont vous ne voulez plus, il est assez facile de leur donner une seconde vie dans les écoles locales, les organisations à but non lucratif, les populations défavorisées ou les groupes communautaires. Les dons peuvent contribuer à donner accès à un monde de connaissances et de connexions sociales qui auront un impact énorme, tant sur la planète que sur les personnes habilitées qui héritent de vos appareils électroniques.

Il existe de nombreux sites de dons qui peuvent faire bon usage de vos appareils. Par exemple, Dell et Goodwill se sont associés depuis 2004 pour collecter plus de des millions de tonnes d’appareils électroniques et ont récemment étendu le programme à plus de 2 000 sites Goodwill.

Beaucoup d’autres déchets peuvent être recyclés comme par exemple les canettes en aluminium.

commandez vos poubelles de tri sélectif sur tri facile.fr (1)

Panier