Composteurs

Composteur de biodéchets

Ces déchets sont principalement composés de restes alimentaires et de matières végétales qui sont susceptibles de se décomposer. Leur gestion actuelle, souvent par l’intermédiaire du système de ramassage des ordures ménagères classiques, est loin d’être optimale. En effet, lorsque ces biodéchets sont mélangés avec d’autres types de déchets, non seulement leur potentiel de revalorisation est sous-exploité, mais cela contribue également à des problèmes environnementaux tels que l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre.

Pourtant, ces biodéchets possèdent un potentiel de revalorisation considérable. Ils peuvent être transformés en compost, un amendement riche qui peut être utilisé pour enrichir les sols, ou encore en biogaz, une source d’énergie renouvelable. Cette revalorisation des biodéchets présente des avantages environnementaux significatifs, notamment en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et en améliorant la qualité des sols.

La législation européenne encourage la réduction des biodéchets, mais au-delà des obligations légales, le tri et le compostage de ces déchets s’inscrivent dans une démarche de responsabilité citoyenne. En triant ses déchets organiques, chaque individu contribue à réduire son impact environnemental. Ce geste simple permet de séparer les biodéchets des autres ordures, facilitant ainsi leur traitement et leur valorisation.

Le tri et la valorisation des biodéchets sont des étapes cruciales pour une gestion plus durable des déchets. Ils permettent de réduire la quantité de déchets envoyée en décharge ou incinérée, et contribuent à la préservation des ressources naturelles. En adoptant ces pratiques, les citoyens jouent un rôle actif dans la protection de l’environnement et dans la lutte contre le changement climatique. Ainsi, il est essentiel de sensibiliser et d’encourager chacun à trier ses déchets organiques et à réfléchir aux différentes manières de les valoriser.

Qu’est-ce qu’un biodéchet qui peut aller dans un composteur ? 

Les biodéchets, selon la définition inscrite dans le code de l’environnement, sont des déchets non dangereux et biodégradables. Ils comprennent divers types de déchets organiques tels que les déchets de jardin ou de parc, les déchets alimentaires ou de cuisine issus des ménages, ainsi que ceux provenant des bureaux, restaurants, commerces de gros, cantines, traiteurs ou magasins de vente au détail. Cette catégorie englobe également les déchets similaires issus des usines de transformation de denrées alimentaires (article L. 541-1-1).

Pour préciser, les biodéchets incluent une variété de déchets organiques courants. Par exemple, les restes de fruits et légumes, les coquilles d’œufs, le marc de café et les sachets de thé biodégradables, ainsi que les débris végétaux comme les feuilles mortes et les branches coupées. Les restes de repas, y compris les trognons, les os, la couenne et les restes de poisson, font également partie de cette catégorie.

compost3

Bien que les biodéchets carnés soient théoriquement compostables, il est recommandé de les gérer avec précaution. Il est conseillé de les ajouter en petite quantité et de les découper en petits morceaux pour faciliter leur compostage.. Cette information est fournie par le ministère de l’écologie du gouvernement français, soulignant l’importance de gérer ces déchets de manière responsable pour réduire leur impact sur l’environnement.

Pourquoi tri et compostage des déchets organiques est vital ? 

 

Le tri et le compostage des déchets organiques présentent plusieurs avantages significatifs pour l’environnement et la biodiversité.

Ces pratiques contribuent à un cycle vertueux où rien n’est perdu, mais tout est transformé. En compostant les déchets alimentaires, non seulement on enrichit le sol, mais on favorise également la biodiversité. Ce processus permet de transformer les biodéchets en engrais naturel, vital pour la croissance des végétaux. Ces végétaux nourrissent ensuite les animaux ainsi que les humains, créant ainsi un écosystème robuste et sain.

En outre, le tri des biodéchets a un impact majeur sur la réduction de la pollution. En France, les foyers génèrent annuellement environ 18 millions de tonnes de déchets organiques, dont le traitement actuel est source de pollution significative. La combustion de ces déchets émet d’importantes quantités de CO2, tandis que leur enfouissement ou leur dépôt en décharge diffuse des particules toxiques dans l’air et dans le sol. Ces pratiques nuisent gravement à l’environnement et à la santé des espèces vivantes. Par conséquent, trier et composter les biodéchets permet de diminuer la taille de nos poubelles et de réduire notre empreinte carbone, ce qui est extrêmement bénéfique pour l’environnement.

tri facile compost

Que dit la loi sur les biodéchets ? 

La législation en matière de tri des biodéchets met l’accent sur l’importance du tri à la source, un processus où chaque émetteur, qu’il soit un ménage ou un professionnel, est responsable du tri de ses propres biodéchets. Cette approche est conçue pour impliquer directement les acteurs au niveau local dans la gestion de leurs déchets, favorisant ainsi une meilleure responsabilisation et efficacité dans le traitement des déchets.

Historiquement, cette pratique de tri à la source a été initiée par les grandes entreprises, qui ont commencé à trier leurs biodéchets il y a plusieurs années. Cette initiative a été suivie volontairement par certaines collectivités territoriales, démontrant une prise de conscience croissante de l’importance de la gestion durable des déchets. La tendance s’étend désormais aux particuliers, qui seront bientôt également soumis à ces règles. La mise en œuvre de cette politique peut prendre diverses formes, comme la gestion de proximité des déchets ou la collecte séparée, permettant ainsi une adaptation aux contextes locaux spécifiques.

La base législative de cette évolution provient de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, souvent appelée loi anti-gaspillage. Adoptée en 2020, cette loi prévoyait la généralisation du tri à la source des biodéchets. L’objectif principal de cette loi est de réduire le gaspillage et de promouvoir une économie plus circulaire, où les ressources sont utilisées de manière plus durable et les déchets sont gérés de manière plus efficace. En intégrant le tri à la source dans cette législation, le gouvernement a clairement indiqué son engagement à transformer les pratiques de gestion des déchets, en reconnaissant l’importance cruciale de chaque individu et organisation dans ce processus.

La loi biodéchets pour les particuliers

A partir du 1er janvier 2024, tous les ménages en France devront pouvoir trier leurs déchets alimentaires. Cette mesure fait partie d’une démarche plus large pour améliorer la gestion des déchets et renforcer les pratiques de recyclage et de compostage. Les collectivités territoriales auront la responsabilité de mettre en place des systèmes permettant le tri à la source des déchets alimentaires dans tous les foyers.

Le tri des déchets alimentaires présente plusieurs avantages :

Réduction des émissions de gaz à effet de serre :

Les déchets alimentaires décomposés en décharge produisent du méthane, un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant que le dioxyde de carbone. Leur tri et leur traitement appropriés peuvent donc aider à réduire ces émissions.

Valorisation des déchets :

Les déchets alimentaires triés peuvent être compostés ou transformés en biogaz, devenant ainsi des ressources utiles plutôt que des déchets.

Amélioration de l’efficacité du recyclage :

Séparer les déchets alimentaires des autres types de déchets améliore la qualité du recyclage en réduisant la contamination des matériaux recyclables comme le papier et le plastique.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’une conscience environnementale croissante et d’un effort pour atteindre des objectifs de développement durable plus larges. Cela nécessitera un effort concerté tant de la part des autorités que des citoyens pour s’adapter à ces nouvelles pratiques de tri des déchets.

La loi biodéchets pour les professionnels 

Depuis 2016, une réglementation environnementale significative a été mise en place en France, ciblant les acteurs économiques majeurs tels que les industries agroalimentaires, les entreprises d’entretien d’espaces verts et les acteurs de la grande distribution. Cette réglementation les oblige à trier et valoriser leurs biodéchets. Initialement, cette obligation concernait les professionnels générant plus de 10 tonnes de biodéchets annuellement.

La portée de cette mesure a été étendue avec l’entrée en vigueur, le 1er janvier 2023, de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, connue sous le nom de loi AGEC. Cette loi a abaissé le seuil de production de biodéchets requis pour être soumis à cette obligation, le fixant désormais à 5 tonnes par an.

L’évolution de cette réglementation reflète un engagement croissant en faveur de pratiques durables et d’une gestion écologique des déchets. La prochaine étape de cette évolution réglementaire aura lieu au 1er janvier 2024. À cette date, l’obligation de trier et revaloriser les biodéchets s’étendra à tous les professionnels, quel que soit le volume de déchets organiques produit, éliminant ainsi tout seuil minimum. Cette mesure marque un pas significatif vers une économie plus circulaire et une réduction plus systématique du gaspillage alimentaire et des déchets organiques.

 

 

Panier